Les positions du parti concernant l'unité, l'identité nationale et l’humanisme marocain

Les positions du parti concernant l'unité, l'identité nationale et l’humanisme marocain

أضيف بتاريخ ٠١/٢٩/٢٠٢٠
Saoussan Chenaoui

Conformément à ses valeurs, ses principes et sa philosophie, le Parti de l’Istiqlal tient depuis sa création à défendre l'unité, l'identité nationale et l’humanisme marocain avec tous leurs composants et la multiplicité de ses affluents culturels, linguistiques et civilisationnels, et à le protéger de toute menace en tant que constantes constitutionnelles de la nation marocaine. Les positions du parti à cet égard se manifestent comme suit :
 
 

Positions du parti concernant l'unité, l'identité nationale et l’humanisme marocain


Le parti a exprimé sa grande préoccupation quant à la gravité des idées et orientations promues par certaines entités qui affectent les valeurs et le modèle de la société marocaine dans sa cohabitation et sa cohésion, et montrant des aspects de la société qui sont contraires aux principes unificateurs de la nation marocaine tels qu’ils sont fixés dans la constitution du Royaume. Le parti indique que ces idées et orientations poussent les citoyens à éprouver un sentiment d’insécurité spirituelle et peuvent favoriser les discours et les tendances de l’extrémisme dans notre pays.
 
 


Le parti a appelé à la vigilance et à l’interaction intelligente et critique de ce qui est promu des idées et des tendances de division et à la création de fissures au sein de la société. Il a également appelé à faire face à tous les projets destructeurs qui ciblent la cohésion et la cohabitation qui caractérisent le modèle sociétal marocain, et tentent de gérer le multilinguisme dans notre pays en inventant un affrontement entre l’arabe et le tamazight, et en inventant un conflit entre l’usage des deux langues officielles et l’acquisition des langues les plus parlées dans le monde. Le parti a demandé la ratification rapide de la loi réglementaire relative à l’amazigh, et la concrétisation du Conseil national des langues et de la culture marocaine, avec l’intention de promouvoir l’humanisme marocain et le pluralisme linguistique et culturel dans notre pays.
 


Le parti a souligné que la réflexion et l’encadrement constructifs des transformations sociétales que notre pays connaît ne peuvent se réaliser que par un dialogue civil responsable basé sur la connaissance, la diligence, et dans le cadre des institutions et organes qualifiés pour mener ce dialogue, chacun selon sa compétence, en impliquant les différents acteurs et forces vives et dans le cadre du respect des principes du Royaume.

(Présentation politique du Secrétaire général lors de la deuxième session du Conseil national, en Avril 2018).
 


Le parti a affirmé sa volonté de faire face à toutes les idées, tendances et pratiques qui menacent l'unité nationale, et emploient la diversité et la richesse, qui caractérisent la culture marocaine, dans ses expressions et contenus afin de créer une fissure et un conflit entre les composantes de la société, créer des crises de valeur, et d'isoler l'identité nationale de ses extensions culturelles et linguistiques dans le monde contemporain, en incluant certaines expressions du dialecte marocain dans les programmes scolaires.  Le parti a averti le gouvernement de ne pas impliquer le domaine éducatif dans cette fausse ruée, soulignant sa responsabilité de contrôler et de suivre l'ingénierie linguistique dans le système éducatif d'une manière qui respecte les deux langues officielles de la constitution, l'arabe et l'amazigh, et s'ouvre aux langues étrangères qui sont les plus fréquemment utilisées.
 


Le Parti de l'Istiqlal a estimé que la solution pour faire face aux conditions sociales et économiques difficiles dans lesquelles vivent de larges catégories de la société marocaine, n’est ni le défaitisme ni l’accusation de la "patrie", qui devrait être placé avant toutes considérations personnelles ou catégorielles, et qui devrait rester un refuge pour tous les citoyens, quelle que soit la gravité des problèmes. Le parti a également dénoncé les slogans, les comportements et les fausses nouvelles promus, qui exploitaient l'état de frustration vécu par les jeunes pour violer les principes de la nation et ses symboles de souveraineté, et en brisant les liens d'appartenance.

(Présentation politique du Secrétaire général lors de la deuxième session du Conseil national, en Octobre 2018).